teletravail_societes_monaco

Télétravail : six ans et une crise

Aujourd’hui, le télétravail est rentré dans les mœurs. Les grosses sociétés l’ont adopté.

Au moment du vote de la loi encadrant le télétravail en 2016, les autorités monégasques étaient très optimistes. Elles tablaient sur un recours à ce nouveau mode de travail par 500 et 5 000 salariés (soit entre 1 et 10% de l’ensemble des salariés), et par 7 000 et 10 000 contrats à moyen terme (soit entre 18 et 26%, dans la moyenne européenne)… C’est finalement un événement inattendu, une crise sanitaire d’ampleur inégalée, qui a accéléré l’adoption du travail à domicile… Face à la pandémie du Covid-19, plus de 10 000 salariés de la Principauté sont restés travailler à la maison à 100% dès mars 2020. Un dispositif dérogatoire de travail à distance instauré par le gouvernement pour limiter la propagation du virus et éviter le brassage de population au bureau et dans les transports en commun. « Le Covid a complètement changé la donne. 10 000 personnes en télétravail du jour au lendemain, c’était impensable dans un autre contexte ! », rappelle Pascale Pallanca, Directrice du Travail, selon qui la crise a modifié les mentalités et les clichés. « Les employeurs qui estimaient que ce n’était pas pour eux, se sont rendus compte que leurs employés jouaient le jeu et se sont même révélés dans cette organisation du travail. Par crainte que leur entreprise ferme ou de perdre leur emploi, les salariés ont montré une grande flexibilité et implication », analyse Yohann Jaffrelot, le spécialiste du télétravail, à la Direction du Travail.


Un effet boost du Covid


Renouvelée à de nombreuse reprises, la mesure d’exception est maintenue jusqu’au 31 mai. Aujourd’hui le «vrai» télétravail, qui obéit à un cadre précis (3 jours hebdomadaires fixes maximum, nouveau permis de travail, etc. – Voir l’article « Ce que prévoit la loi ») « concerne, lui, 120 entreprises et 2216 salariés habitant à Monaco ou en France (50% hommes et femmes). Surtout dans la finance, qui est le secteur numéro 1, le shipping, le digital et les cabinets de conseil. Le secteur pétrolier est également bien représenté avec la SBM Off shore Monaco, dont les salariés représentent un peu moins de la moitié de la totalité des salariés en télétravail… », ajoute la Directrice du Travail, précisant que « la plupart des salariés télétra-vaillent un à deux jours par semaine ». Lesquels ? « C’est très variable. C’est l’employeur qui fixe dans le dispositif cadre, les jours pouvant être télétravaillés. Chez les salariés, les demandes sont aussi très variables. Certains aiment bien le mercredi pour faire déjeuner les enfants, d’autres surtout pas », lâche en souriant Pascale Pallanca.

Et ce n’est peut-être qu’un début de l’accélération : « De nombreuses entreprises ont décidé de sauter le pas après l’expérience du Covid. Les demandes augmentent régulièrement, le dispositif dérogatoire de travail à distance va booster les effectifs. » Si aujourd’hui 80% des salariés ayant signé un contrat de télétravail résident en France, une nouvelle convention bilatérale signée avec l’Italie en mai 2021, après plus de cinq ans de discussions, va permettre aux salariés italiens de la Principauté de bénéficier du dispositif. « Cet accord pose le principe selon lequel les télétravailleurs résidant en Italie pourront être assujettis à la législation sociale monégasque, pendant toute la durée de leur activité en tant que télétravailleurs pour le compte d’une entreprise installée sur le territoire de la Principau-té », indique le Gouvernement. «Le projet de loi a été déposé par le gouvernement italien en décembre 2021. Nous avons eu déjà des demandes de sociétés pour des travailleurs italiens. Il y avait une crainte de voir le travail à distance s’arrêter et de ne pouvoir basculer sur le régime légal. Avec l’accord, il n’y a plus de problème d’affiliation aux caisses monégasques prévues par les termes de l’accord», estime Pascale Pallanca.


Un argument à l’embauche


Le télétravail a donc le vent en poupe. « Maintenant, c’est même devenu un argument à l’embauche. Certains employeurs nous disent que des candidats viennent chez eux car ils ont mis en place cette organisation de travail, et sont prêts à accepter un salaire moins élevé, face à un concurrent qui s’y refuse… » souligne Yohann Jaffrelot. Les arguments plaidant en faveur du télétravail sont classiques : « C’est un avantage considérable pour le salarié, un gain en temps (trajets, embouteillages), en efficacité (moins d’interruptions) et en réduction du stress. Cela accorde une plus grande autonomie dans le travail et une meilleure conciliation entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Les entreprises, elles, réalisent des économies substantielles (lumière, électricité..), peuvent réduire la superficie de leurs locaux et/ou augmenter leur capacité d’embauche », jugent Pascale Pallanca et Yohann Jaffrelot. A condition bien sûr d’éviter les écueils de l’hyper-connexion et du surmenage corollaire, et pour les patrons, de la défiance et du contrôle intrusif. Certains employeurs utilisent en effet des outils plus ou moins légaux pour s’assurer que leurs salariés travaillent malgré la distance…
Pour l’Etat, « le télétravail présente de nombreux intérêts tant sur le plan économique qu’environnemental. Les perspectives de créations d’emplois, donc de cotisations sociales plus im-portantes, devraient sécuriser l’équilibre des comptes de nos Caisses ; en rendant possible une diminution des déplacements quotidiens des salariés à destination de Monaco, il contribuera également à fluidifier les conditions de circulation, pour l’accès à la Principauté », espérait déjà le rapporteur de la loi Jean-Charles Allavena en 2016.

Miléna RADOMAN

AUTRES ARTICLES

giec_investissement

« Si l’on ne fait rien, il faudra investir 127 milliards par an en 2030 ! »

Responsable de la section économie environnementale au Centre Scientifique de Monaco, Nathalie Hilmi fait partie des 270 auteurs du rapport du GIEC intitulé «Changement climatique 2022 : impacts, adaptation et vulnérabilité ». Interview. Ce sixième rapport du GIEC sonne une nouvelle fois le signal d’alarme ? Ce rapport confirme que le changement climatique représente une menace pour le bien-être humain mais aussi pour la santé de la planète. L’objectif de l’accord de Paris visait à se tenir sous

coaching_sportif_monaco_entreprise

Le coaching sportif en plein essor

Le coaching sportif gagne des parts de marché en entreprise, du moins dans les plus importantes. Il n’y a qu’à voir le nombre d’adeptes sur les digues du port Hercule et de Fontvieille pour se rendre compte du succès du coaching sportif… Et à Monaco, comme ailleurs, le coaching personnel ou en entreprise prend des parts de marché. Coach privé, pratiquant aussi au Club39 et pour Monaco Wellness System, Youl Rafosse pratique des sessions de

stephane_valeri_gouvernement

Stéphane Valeri : « Le télétravail permet d’accueillir jusqu’à trois fois plus de collaborateurs »

Six ans après sa mise en place, alors qu’il était encore au gouvernement, Stéphane Valeri dresse le bilan du télétravail. Vous aviez milité pour le télétravail en tant que Conseiller de Gouvernement des Affaires Sociales comme vecteur de croissance. C’était un credo personnel ? Pourquoi ? Lorsque j’étais Conseiller de Gouvernement-Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, le Prince Souverain m’avait confié parmi les objectifs à atteindre en priorité, la mise en place du télétravail pour

monaco_telecom_directeur_général

Monaco Telecom, un cas d’école

Après avoir servi d’entreprise pilote du télétravail en Principauté, Monaco Telecom s’est mobilisé pour assurer la continuité des réseaux depuis la crise et la recrudescence de ce nouveau mode d’organisation. Au 1er septembre 2016, ils étaient déjà 43 salariés de Monaco Télécom à télétravailler un jour par semaine. Ils sont 110 sur 220 collaborateurs à le pratiquer 2 jours par semaine aujourd’hui. Pas étonnant que l’opé-rateur de télécom monégasque détenu majoritairement par Xavier Niel ait

societe_general_monaco_teletravail

Société Générale Monaco :
100% du personnel éligible au télétravail

Après avoir été précurseur dès 2017 sur la mise en place du télétravail, Société Générale Private Banking Monaco a décidé depuis la crise COVID d’élargir le télétravail à l’ensemble de ses collaborateurs et de déployer le Flex Office Chez Société Générale, on mise depuis quelques années déjà sur le télétravail. Au sein du groupe, il existe depuis 2013 et concernait avant la crise près de 12 500 personnes en France. A Monaco, dès la mise

teletravail_que_dit_la_loi

Télétravail : que dit la loi ?

Le télétravail obéit à un cadre bien établi. Monaco Economie vous explique comment ça marche. Un dispositif cadre est impératifPour mettre en place le télétravail, un employeur doit définir les mo-dalités d’exécution dans un « dispositif cadre » et le transmettre à la Direction du Travail « pour un contrôle de conformité ». Il doit informer les délégués du personnel des modalités d’exécution. « Ce dispositif est mis en place sur la base du volontariat au sein de l’entreprise. Il

EN KIOSQUE

monaco_economie_bien_etre_au_travail_n122

Monaco Economie n°122
Sortie le 21 Avril 2022
Retrouvez tous les articles

EN LIGNE

Monaco Economie n°122
Sortie le 21 Avril 2022
Le voir en ligne

PROCHAIN MONACO ECONOMIE

couverture-monaco-economie-a-venir

Monaco Economie à venir
Sortie prévue fin Juillet 2022